HOSHI - Samedi 13 juillet - Montjoux Festival à Thonon

HOSHI

Samedi 13 juillet

HOSHI

Samedi 13 juillet

Depuis toute petite, Mathilde a l’intuition que la chanson sera importante dans sa vie. Elle sait que la chanson sera sa passion et que la scène, malgré une certaine timidité, son terrain de jeu naturel. Elle se voit sous les projecteurs, briller, micro en main, comme une étoile…, un hoshi en japonais. Mathilde est attirée, comme beaucoup de jeunes de sa génération, par la culture du Soleil-Levant : mangas, peinture, poésie, musique, tout ce qui allait lui donner, un peu plus tard, ce je-ne-sais-quoi d’asiatique. Elle apprécie aussi Jacques Brel, Noir Désir, Nirvana, autant d’artistes majeurs qui la guideront dans sa recherche artistique. Très vite, elle se découvre une voix rauque, sensible et puissante. Se faisant la main sur les touches du piano et les cordes d’une guitare, son style chemine, tout comme son écriture où la vie et les humeurs du moment mènent le débat. Quelques accents d’une chanson réaliste d’aujourd’hui. La demoiselle expérimente quelques premiers concerts de rue, lance des vidéos sur internet et fonde brièvement un groupe de rock, TransyStory.
Elle tente même l’aventure des émissions de télé populaires, The Voice et Rising Star. Un bout de parcours qui ne passera pas inaperçu puisque la voilà repérée par le label Jo&Co, le même que Claudio Capéo et ZAZ. Début en fanfare avec un premier single Comment je vais faire (2017), puis l’album Il suffit d’y croire (2018) d’où est extrait son premier tube Ta marinière. Le titre rassemble près de 39 millions de vues sur YouTube. L’album est disque de platine avec plus de 100 000 copies. Ils sont désormais nombreux à savourer ses univers nuancés de douceur et de rage, où se côtoient pop, rock et chanson française. Il suffit d’y croire chante t-elle. À seulement 22 ans, Hoshi continue d’y croire, le public aussi.

Depuis toute petite, Mathilde a l’intuition que la chanson sera importante dans sa vie. Elle sait que la chanson sera sa passion et que la scène, malgré une certaine timidité, son terrain de jeu naturel. Elle se voit sous les projecteurs, briller, micro en main, comme une étoile…, un hoshi en japonais. Mathilde est attirée, comme beaucoup de jeunes de sa génération, par la culture du Soleil-Levant : mangas, peinture, poésie, musique, tout ce qui allait lui donner, un peu plus tard, ce je-ne-sais-quoi d’asiatique. Elle apprécie aussi Jacques Brel, Noir Désir, Nirvana, autant d’artistes majeurs qui la guideront dans sa recherche artistique. Très vite, elle se découvre une voix rauque, sensible et puissante. Se faisant la main sur les touches du piano et les cordes d’une guitare, son style chemine, tout comme son écriture où la vie et les humeurs du moment mènent le débat. Quelques accents d’une chanson réaliste d’aujourd’hui. La demoiselle expérimente quelques premiers concerts de rue, lance des vidéos sur internet et fonde brièvement un groupe de rock, TransyStory.
Elle tente même l’aventure des émissions de télé populaires, The Voice et Rising Star. Un bout de parcours qui ne passera pas inaperçu puisque la voilà repérée par le label Jo&Co, le même que Claudio Capéo et ZAZ. Début en fanfare avec un premier single Comment je vais faire (2017), puis l’album Il suffit d’y croire (2018) d’où est extrait son premier tube Ta marinière. Le titre rassemble près de 39 millions de vues sur YouTube. L’album est disque de platine avec plus de 100 000 copies. Ils sont désormais nombreux à savourer ses univers nuancés de douceur et de rage, où se côtoient pop, rock et chanson française. Il suffit d’y croire chante t-elle. À seulement 22 ans, Hoshi continue d’y croire, le public aussi.

RÉSERVER EN LIGNE

RÉSERVER EN LIGNE

LE MÊME SOIR

JAILBIRDS
VALHALIA